Partagez | 
 

 Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

participation : 109
avatar : russhot
crédits : viceroy (avatar)

MessageSujet: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:32



Emmanuelle Lefebvre
La plupart des choses dont rêvent les gens d'ici m'ferais mourir d'ennui



LEFBVRE


MANU

feat. Cailin Russo
Nom de famille et prénom; T'es pas vraiment dans la norme toi, parce que ton nom à toi, c'est pas celui de papa. Parce qu'un papa y'en avait pas quand t'es née, alors c'est maman qui t'a donner son nom de famille. Lefebvre. Rien que dans ton quartier on en compte déjà six ou sept. Y'en a partout des Lefebvre, orthographié différemment parfois. Et puis avec ce nom de famille courant, y'as toujours aussi les mêmes questions de tes profs : " Tu n'as pas un frère, une soeur, une cousine, etc.". Non, non, y'as que toi. Toi et maman. Tu crois que c'est pour ça que maman elle t'a appelé Emmanuelle. Parce qu'elle savait d'avance qu'il n'y aurait que toi, et puis comme elle ne savait pas si tu étais fille ou garçon, elle a choisi la facilité. Emmanuelle c'est pas beau, Emmanuelle c'est cette espèce de film porno à la française, Emmanuelle s'est fade. Alors toi, depuis toujours, tu te fais appeler Manu, parce que c'est plus court, plus rond, ça glisse mieux dans la bouche des garçons, c'est plus agréable à ton oreille. Âge; vingt deux ans que tu traînes ta carcasse dans ta petite cité. vingt deux ans, à peine une femme, encore une enfant, à peine majeure, pas encore mature. Le temps des changements comme aime dire maman. Quel changement ? T'es pas bien sûr d'avoir envie de changer toi. Date et lieu de naissance; C'était pendant l'automne, le onze novembre mille neuf cent quatre vingt quinze précisément. T'es née à Saint-Denis, en France, dans un de ces hôpitaux qui ne ressemble à rien, dans un de ces hôpitaux fait de béton et de ciment. T'était un bébé comme les autres, avec les joues rouges, qui chialent tout le temps, emmerde sa maman. T'aurais pu naître dans n'importe quelle chambre, n'importe quelle famille. Nationalité et origine(s); T'aurais bien aimé toi, être née dans une autre région, dans une contrée lointaine, avoir ces origines exotique, ces langues qui te font rêver. Mais c'est pas le cas, pas de grand voyage, pas d'immigration, juste une naissance sur ta bonne vieille France, comme tous tes ancêtres. Ta encore l'espoir d'avoir un père qui vient d'ailleurs, un père aux lèvres gout soleil, au regard océan et à l'accent méditerranéen. Maman elle aime ça, te donné des indices sur tes origines, sur celle de "papa".  Les amours; Finissent mal en général. C'est pas ce qu'elle disait la chanson que maman écoutée tout le temps ? Si, c'est ça. Les histoires d'amour finissent mal en général, et toi tu sais pas quoi en penser de tout ça. Faut dire que t'as pas vraiment le modèle d'amour à la maison, que t'as pas eu la notice fournie avec ton petit cœur qui bas de travers. Alors des fois tu te surprends à tomber amoureuse, et puis tu gâches tout, parce que tu sais pas aimer, que t'aime trop, que t'aime mal, que t'aime pas assez peut-être. Et puis on te largue, on t'oublie, et tu détestes ça. On t'envoie rien qu'un message, on te sert la même soupe à chaque fois. "C'est pas toi, c'est moi", ouais, ouais. Va te faire foutre. Et tu rages, du bouillonne, et tu oublies. Jusqu'au prochain, jusqu'à croire que cette fois-ci, oui cette fois-ci ce sera le bon. Et ça l'es jamais. La famille; Il manque un père dans le tableau extraordinaire de ta famille bancale. Y'as pas de papa, y'en à jamais eu, y'as que toi et m'man. Vous deux contre le monde. Tu lui en as voulu à maman, de pas t'avoir trouvé de papa, de pas t'avoir donné le portrait parfait de la famille idéale, celui qu'on accroche au-dessus de la cheminée. Et puis finalement tu t'es mis à l'aimer, parce que t'avais pas le choix, parce qu'il y avait qu'elle, et qu'elle avait besoin de toi. Tu t'entends bien avec ta mère, t'es pas toujours d'accord avec elle, pas toujours sur la même longueur d'onde, mais t'essaie d'aller la voir régulièrement, ou au moins de l'appeler le plus souvent possible. Les amis; T'en a plein des amis, des meilleurs, des beaux, des moches, des grands, des petits, des anciens, des nouveaux, des fictifs, et des bien réels. T'as quelques amis qui comptent vraiment, qui font partie de ta deuxième famille, ta seule famille surtout. T'as quelques amis que tu'échangerais pour rien au monde, et puis t'as les autres, ceux que tu vois moins souvent, ceux qui comptent un peu moins mais que t'aiment quand même. Les emmerdes; L'argent ça va, ça viens, tu préfères quand ça viens, quand ça reste un peu là, quand tout ne part pas dans tes factures, quand t'as pas à lutter pour éviter d'être dans le rouge à peine le dix du mois. T'es pas pauvre, tu as un toit au-dessus de ta tête, un frigo toujours à peu près plein et tu sais que t'es pas à plaindre. Mais toi tu rêves de mieux. Tu rêves de belles choses, d'un bel appartement, d'une belle vie. Pas de celle-ci. Tu rêve de Paris, de l'appart au parquet qui brille, de la vue sur la Tour Eiffel, de la terrasse qui domine le monde. Et sinon, Paris c'est quoi pour toi ? Un rêve, un fantasme, un but. T'aime Paris, sous toutes ses coutures, t'aime Paris la nuit, Paris le jour, Paris l'était, Paris l'hiver. T'aime même Paris sous la pluie. T'aime tout à Paris, Montmartre, le marais, l'ambiance si particulière dans les bars, les restaus, et même le métro. Tu rêves d'y vivre depuis que tes gosses, ta mère avait beau te répéter que vous n’étiez pas loin, seulement à quelques minutes, toi tu veux plus les quelques minutes D'ailleurs, pourquoi t'y vas ? Pour tout, tous les jours. Pour aller bosser, pour sortir, faire du shopping, voir tes copines. En général, tu ne rentres chez toi que pour dormir, tes journées, c'est à Paris que tu les passes. Groupe; Uber tu peux pas test  

(PAPA) "Dit m'man, et si ont arrêté de jouer à "devine qui est ton père ?", parce que ta mère, elle en parlait jamais vraiment de ton père, elle ta jamais montrer de photo, jamais montrer de souvenir qu'elle avait pu partager avec lui. C'est comme s'il n'existait pas, tout simplement, rayer, effacer de la surface de la terre. Et pourtant quelques fois, en déposant un regard amoureux sur toi, elle te disait que tu lui ressemblais, que tu avais les mêmes yeux que lui, le même teint nordique. Et puis la fois d'après il était devenue Breton, Grecque ou Tunisien. Ta mère elle joue à ce jeu, elle dit qu'elle s'en rappelle pas, qu'elle voit même plus son visage. Et toi tu te disais que c'était vrai, que t'étais le fruit d'une de ces coucheries d'un soir, une coucherie sous weed ou sous LSD qui déformé le beau visage de P'pa. Au fond tu penses juste que maman souffre, qu'elle s'en rappelle très bien de ton géniteur, mais que c'est juste plus simple pour elle de faire semblant, moins douloureux aussi. (MAMAN) Tu devrais l'admirer ta mère, pour ce qu'elle a fait, pour son courage. Élever seule une gosse comme toi, ça n'a pas été toujours très facile. Mais t'aurais rêvé d'une autre mère peut-être, d'une mère qui fait des super gâteaux, te prépare des boum d'anniversaire, invite tes copines, sauve des vies, une vrai super héroïne quoi. Mais non, toi ta mère elle n'était pas comme ça, elle bossait une vingtaine d'heures par semaine, et le reste du temps, elle faisait tournée son joint sur le canapé, emplissant tout l'appart de cette odeur végétale, un peu forte à ton nez d'enfant. Parfois même, elle rentrait pas ta mère, te laissant seule la moitié du week-end, ou bien elle se radiner avec un de ces mecs qui ne restait jamais bien longtemps -tant mieux, tu les aimais pas toi, tu voulais qu'elle n'aime que toi, maman-. Vous avez toujours eu ce genre de relation, un peu conflictuelle parfois, un peu distant. T'a pris la porte quelques jours après tes dix-huit ans, parce que t'étais mieux quand t'étais loin d'elle. Aujourd'hui tu passes la voir, dès que tu peux, quand tu peux. Tu l'aimes ta mère, t'as jamais su faire autrement. (PAYE TA PHILO) De la même manière, tu te demandes bien ce que tu fous ici. Pas à Paris, pas en France. Sur terre. Ton vrai rôle ici, ta valeur ajoutée. T'aurais bien voulu faire de grandes choses, laisser ton empreinte avant de partir, qu'on parle de toi, entrée dans les mémoires. Mais t'as pas de talent, pas de savoir faire, alors tu laisseras rien sur terre, rien qu'un souvenir, et un passage. Un simple aller-retour. Et pourtant parfois tu te demandes si c'est vraiment ça ta vie rêver, bosser tous les jours, gagner de l'argent, le dépenser, recommencer. Aimer parfois, pleurer parfois, souffrir souvent. Ça pourrait être tellement différent, et des fois ça te donne envie de gerber, quand tu les vois tous les matins, s'entasser dans le métro, se serrer les uns contre les autres pour aller droit à l'abattoir. T'aime pas ça au fond, tu sais juste pas comment changer les choses. Et puis tu te dis que tu es un peu trop idéaliste, et que t'aura tout le temps de regretter de n'avoir rien fait de grand quand tu seras vieille. (PARIS) Ton seul et unique amour. Celui qui dure. Depuis toujours, qui de décevras jamais. T'es née ici, enfin pas à Paris exactement, mais à quelques minutes de la capitale, et tu portes à cette ville un amour inconditionnel. On pourra te dire tout ce que l'on veut sur Paris, dans ton coeur Paris restera Paris. T'as beau aimé les coucher de soleil sur la plage, les côtes Normandes et avoir des envies d'ailleurs, c'est toujours à Paris que tu reviendras, c'est toujours pour Paris que ton cœur battras. (SAINT-DENIS STYLE) On peut dire ce qu'on veut de Saint-Denis, on peut montrer ce qu'on veut à la télé, toi tu l'aimes ton quartier, ta petite cité où les immeubles se chevauchent, ou sa gueule parfois, ou sa chauffe parfois, et puis où tout le monde se connaît à peu près. T'as grandi le bas toi, entouré du béton et du ciment, des allers et venu des flics, des grands qui tiennent les halls, qui font passer le pilon de main en main. T'as grandit là bas, à quelques minutes de la capitale, juste à quelques minutes de ton rêve. T'as déménagé depuis, quitter le quartier même si tu y passe souvent, rien que pour aller voir maman et les copains qui sont resté le bas. (AIMER FORT, AIMER MAL) T'es pas sûr d'aimer l'amour. Tu sais pas, ça a tendance à changer les gens l'amour, à les rendre plus cons, plus faibles, moins lucide. Et toi aussi, tu sais que l'amour à un effet néfaste sur toi, tu sais que t'es une autre personne quand tu aimes, et pas une des meilleures. T'aime mal Manu. T'aime fort. Trop fort. Et tu sais pas comment gérer ça, l'amour que t'as pour les gens. T'es trop pressée, trop exigeante. Tu te donnes trop, et tu veux qu'on te rende tout ce que tu donnes. T'as cette jalousie maladive, cette possessivité exacerbé avec ceux-là, ceux que tu porte dans ton coeur. Ça te rend folle, paranoïaque de les imaginer en aimer d'autre plus que toi. Tu pourrais tuer pour ça, arracher ton coeur pour plus souffrir. (MANU) T'es chiante Manu. T'es capricieuse. T'es égoïste. T'es de mauvaise foi, ne veux jamais reconnaître que tu a tort, que c'est ta faute. Tu sais pas le dire, tu sais pas demander pardon, tu sais pas pardonner, parce que t'es rancunière, et que t'as cette putain de fierté vraiment mal placée qui t'empêche d'être comme tout ceux qui font table rase du passé. T'oublie rien toi, et tu reproches tout, parce que t'es exigeante, parce que tu te donnes entièrement, et que peu de gens le font en retour. Mais tu places l'amitié, l'amour sur un pied d'étale, c'est ton problème. T'es le genre de fille sociable, le genre de fille qui aborde n'importe qui, n'importe quand, le genre de fille qui sait s'amuser, faire de ta soirée, la meilleure soirée de l'année. T'es aussi le même genre de fille qui bitch sur à peu près tout le monde, mais c'est pas méchant, pas vraiment, pas réellement, et puis ils le savent pas. T'envoie chier ceux qui le méritent, sauf la petite vieille qui habite sur le même palier que vous, parce qu'elle, tu l'aime bien. T'as vraiment un caractère de merde Manu, t'es vraiment une chieuse. (LE DIABLE S'HABILLE CHEZ ZARA) T'aime bien la mode toi, depuis toute petite déjà, quand tu prenais les robe de maman pour jouer aux grandes, pour faire comme les filles qui défilent les mains sur les hanches. T'adore ça en vrai, les fringues, les créations, et puis tu t'es pris de passion pour découper, rafistoler, personnalisé les fringues les plus basiques que tu peux trouver. Alors quelques fois tu te prends un peu pour une styliste, même si ce n'est pas grand-chose, même si c'est juste pour raccourcir une jupe ou découper le col du dernier tee shirt que tu as chiné. Des ciseaux entre les doigts, peut-être que tu tiens un truc Manu. (LES FILLES A LA VANILLE) C'est quoi qu'il dise déjà ? Hétéro curieuse ? Ouais un truc comme ça. Tu sais pas trop ce que ça veut dire toi, être hétéro curieuse. T'aime les mecs, c'est une certitude, tu le sais depuis toujours. Mais hétéro curieuse, c'est juste la bonne excuse pour mater le cul de tes copines, rêver de les embrasser quand elle bouge leurs lèvres devant toi. T'es pas lesbienne, enfin tu penses pas, tu sais pas, ça te fait peur d'y penser, tu as l'impression de ne pas être normal. Alors t'en parle pas, à personne, et tu te dis que ce n'est rien que des fantasmes, que de toute façon tu feras jamais rien. Enfin ça c'est ce que tu te disais avant de la rencontrer elle, de franchir le pas, dépassé la limite du simple fantasme de petite fille. Et maintenant tu sais plus. T'es perdu. (LES GARCONS TOUS DES CON) Ils sont chaotiques tes amours Manu, ça finit toujours mal, toujours en pleures, ou en regrets, ou en question. Y'as souvent les mêmes raisons, toi qui aimes mal, eux qui ne t'aime pas assez, qui ne t'aimeront jamais assez, qui ne t'offriront jamais ce que tu désire vraiment. Et ça continue, encore et encore. Pourtant des hommes dans ta vie yen n'a pas eu tant que ça, parce que ça t'arrive pas si souvent de craquer pour la première venue, parce que tu n'as pas vraiment un coeur d'artichaut et la cuisse facile, parce que de toute façon tu comprends pas les filles et les garçons qui font ça, qui couche sans s'attacher, parce que toi tu sais que tu pourrais pas, tu tomberais amoureuse au premier regard, à la première caresse. (MANIES&CIE) Y'as toutes ces petites choses qui font ce que tu es, qui font de toi "Manu". Y'as les cafés clope, que t'adore prendre aux terrasses avec ta meilleure copine, en critiquant toutes les pouffiasses qui peuvent passer devant vous. Mais le café vient de chez Starbuck (ou Nespresso, tu sais varier les plaisirs), et tes clopes sont des Vogues. Les verres de vin blanc que tu t'enfiles dans les soirées "mondaines" où t'aime te trainer. La lingerie que tu choisis toujours avec soin. Les matins difficiles, ou te parler ne sert à rien. Les cartes postales, les photos imprimés qui viennent d'un peu partout, que t'accroche au-dessus de ton lit pour recouvrir le mur trop gris. Ton portable, petits bijoux de technologie, que tu ne quittes jamais. La vitesse, le danger, l'adrénaline qui te fait frissonner. Toutes ces petites choses qui composent Manu.


Prenom/Pseudo HJ; MONKEY ROADS. / Mélody, Mélomoon, toi aussi donne moi un surnom Âge; vingt quatre ans et 11 mois EMO  Localisation; sur la terre  Fréquence de connexion; beaucoup trop souvent pour avoir une vie sociale  Type de personnage; inventé Où as tu trouvé le forum ? dans un kinder surprise Une cass-dédi ? Big up à vous tous.   



Dernière édition par Manu Lefebvre le Mar 3 Oct - 21:57, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

participation : 76
avatar : BEN DAHLHAUS.
crédits : FRIMELDA.

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:35

t'es moche  KEUR SUR TOI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t788-cesar-comme-un-megot-sur-du-ve

participation : 174
avatar : speckhart.
crédits : (A) ARΛBELLA | (S) FEMME - Patrick Modiano, L’herbe des nuits (quotes)

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:36

Trop bonne Very Happy
On baise quand tu veux MEOW
Re chez toi LOVE

_________________
Un visage de lune, des yeux rêveurs, mais bientôt on s'apercevait que le visage exprimait autant de violence que le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

participation : 40
avatar : nicola peltz.
crédits : @ultraviolences (ava) + @georgio (lyrics sign).

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:36

CAILIN MON AMR SAD
j’ai hâte d’en lire plus. ❤

_________________


il y a pas la vie sans la mort,
mi amor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t782-rosie-gaio-l-or-de-sa-vapeur-r

participation : 16
avatar : bill skarsgard
crédits : kidd

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:39

T'es bonne je t'aime LOVE
CUTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

participation : 78
avatar : amelia zadro
crédits : morrigan (a) nekfeu, mauvaise graine (c)

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 20:42

j'avoue niveau beauté t'es passable Very Happy
j'veux un lien MEOW
re LOVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 21:50

T'es belle WUT ! rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

participation : 32
avatar : elias rønnenfelt
crédits : ΛLDEBΛRΛN

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 22:02

Rebienvenue CUTE
je l'aime déjà ta Manu KEUR SUR TOI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t762-reg-proudhon-souvent-fauche-to

participation : 100
avatar : Gal Gadot
crédits : Lilousilver

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Lun 2 Oct - 22:22

faceclaim + prénom + phrase = KEUR SUR TOI
Re-bienvenu mon homonyme ! LOVE

_________________
something changes into me....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t657-oceane-morel-you-kind-you-smar

participation : 109
avatar : russhot
crédits : viceroy (avatar)

MessageSujet: Re: Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes   Mar 3 Oct - 21:47

César Rojas a écrit:
t'es moche  KEUR SUR TOI

Autant que toi EMO

Echo Hamilton a écrit:
Trop bonne Very Happy
On baise quand tu veux MEOW
Re chez toi LOVE

T'es sur mon top 5 JUAN HEHE

Rosie Gàio a écrit:
CAILIN MON AMR  SAD
j’ai hâte d’en lire plus. ❤

Héhé merci ma jolie KEUR SUR TOI

Nathan Sauvage a écrit:
T'es bonne je t'aime LOVE
CUTE

Toi aussi t'es beau DA PHOQUE !

Elea Chatelain a écrit:
j'avoue niveau beauté t'es passable Very Happy
j'veux un lien MEOW
re LOVE

Juste passable ? EMO fume

Anthony Roy a écrit:
T'es belle WUT ! rebienvenue !

Merci KEUR SUR TOI KEUR SUR TOI BAVE2

Réginald Proudhon a écrit:
Rebienvenue  CUTE
je l'aime déjà ta Manu KEUR SUR TOI

Mooh trop cute ! DEAD KEUR SUR TOI OOPS

Oceane Morel a écrit:
faceclaim + prénom + phrase = KEUR SUR TOI
Re-bienvenu mon homonyme ! LOVE

Merci double M ROBERT

_________________
† SHE SAID "DON'T GET TOO CLOSE. IT'S DARK INSIDE. IT'S WHERE MY DEMONS HIDE. AND I ANSWERED "GET TOO CLOSE, THERE IS A HELL INSIDE OF ME, IT'S WHERE YOUR DEMONS CAN LIVE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Manu Lefebvre ▸ Être adulte c'est accepter qu'on sera toujours des mômes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partition Manu de Renaud (URGENT)
» Manu
» Configuration Bouygues pour Android
» Quel doigté !!
» Manu BEAUDON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paname Lève Toi !  :: J'ai deux amours, mon pays et Paris :: Allez venez Milord :: Citoyens de Paname-
Sauter vers: