Partagez | 
 

 LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Invité

Invité

MessageSujet: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Lun 26 Déc - 21:18



Lucas Duval
Je me demandais à quel âge on devient un sage, ou si on l’est dès la naissance, et qu’ensuite vient la décadence.



DUVAL


LUCAS

feat. richard colson baker (mgk)
Nom de famille et prénom; Bah tu sais, Duval c’est un nom assez commun en France. Enfin, je crois bien ? Je sais que j’avais eu un prof de sport qui s’appelait Duval, on a cru qu’on venait de la même famille, j’peux vous dire que c’était grave malaisant et j’faisais pas trop le malin ; enfin si, mais pas comme on le croit. Et pour mon prénom … Ils m’ont appelé comme ça parce qu’il fallait bien un prénom à cette petite créature que j’étais, et pis mes parents préfèrent m’appeler « petit con » que par mon prénom alors bon. Âge; T’as cru, j’ai dépassé le quart de siècle et j’le vis trop mal ! Moi j’pensais qu’à 26 ans, j’serais plein aux as avec des putains de Lamborghini et des bonnasses dans mon lit, c’est tout l’inverse, franchement, ça a de quoi te niquer des rêves de gamin. Date et lieu de naissance; J’suis né le 17 janvier 1991, j’fais partie de la génération des blockbusters et des nouvelles petites technologies. Le genre de génération encore un peu perdue dans ce bas-monde qui prend plus l’temps de rien ; et j’suis parisien mais ne me demandez pas dans quel hôpital j’ai pu naitre Nationalité et origine(s); Sur les papiers c’est français, dans le cœur c’est le 93 bébé. Les amours; Bah ça s’en va et ça revient. Faut dire que je vais pas pleurer pour une gonzesse, elles sont toutes plus chiantes les unes que les autres et elles attendent trop d’un mec comme moi. La famille; Papa tente de garder son boulot pendant que maman fait la potiche. Ma sœur s’est faite larguer par son keum et s’retrouve sans un sou avec une gamine de 8 ans et mon frère bah… C’est mon frère quoi. Les amis; ça va au calme frère ! Disons que j’ai les amis d’avant, ceux avec qui j’ai passé une enfance de merde mais avec le sourire et ceux d’après, notamment des gens du boulot ou rencontré comme ça. Parce que ceux d’avant, c’est les gars du tier-quar, ceux que je considère comme ma famille, la mifa même et ceux d’après, ce sont ceux qui ne sont pas en taule ou qui n’ont jamais réellement connu les galères et les keufs, bref, ceux d’après, ils ont rencontré un nouveau Lucas qui veut se sortir de la merde. Les emmerdes; Ma vie est une emmerde et une blague à elle toute seule ! Mais on garde le sourire et on se lève chaque matin en se disant qu’on peut réussir à s’en sortir en se serrant les coudes. Hormis l’époque où on revendait d’la came avec mes potos, j’ai plus trop d’emmerdes : ah si, la SNCF que j’ai envie de bruler tous les matins. Et sinon, Paris c'est quoi pour toi ? Paris, c’est ma ville. C’est celle qui me permet de sortir et de vivre dans un autre monde en changeant d’arrondissements. Paris, c’est la lumière et la cosmopolitanie, les gens et leurs couleurs, les gens et leurs humeurs… Bref, j’vais pas fairem on poète, j’sais pas faire, mais Paris je l’aime. D'ailleurs, pourquoi t'y vas ? J’suis barista dans un Starbuck, celui des Champs-Elysées. Alors bon, j’sais que c’est d’la merde comme café mais quand même j’suis super bon comme barista et super drole et moi j’fais pas de faute sur votre prénom – enfin je crois. Groupe; RER mon gars, moi j’en chie pour venir au boulot et faire la teuf à Paris

C'est pas l'histoire d'un tox ou d'un gosse sur un champ d'bataille
Ni celle d'un beauf ou d'un bobo qui s'encanaille
Fidèle au poste, j'apporte trop d'flows qui sentent la maille
J'dis des gros mots car y'a trop d'choses quand j'chante ma life


Le temps était vraiment pas avec vous ce jour-là et t’avais manqué plusieurs fois de ta casser la gueule à cause des flaques d’eau qui s’était gelées. Oh, t’avais pas envie de te faire attraper, alors t’as couru et couru et couru au point d’en cracher tes poumons. Quand ton prof de sport disait qu’avec un peu de motivation, tu pouvais être bon, il n’avait pas tort : le souci, c’est que t’étais jamais motivé pour les bonnes choses. Pourtant, t’es conscient que c’est foutu d’avance, que vous allez vous faire attraper un par un et tomber comme des mouches. T’entends les insultes claquer dans l’air et tes potes qui s’font choper, puis finalement, c’est toi qui t’fait avoir, un petit coup de taz’ ça fait jamais d’mal. T’as 17 ans bordel, et t’es vraiment qu’un petit con qui a l’don de foutre tes parents dans la merde. T’as mal et tes muscles se contractent férocement, t’obligeant à t’éclater contre le sol. T’es même pas capable de crier mais tu peux encore discerner ton meilleur pote gueuler ton nom et insulter les keufs. Vraiment Lucas, t’en es arrivé à ce point ? Alors oui, t’étais qu’un p’tit con, un jeune des rues qui tente de survivre comme il peut ; montrer sa virilité à coup d’défonce et d’provoc’. D’ailleurs, t’as jamais vraiment capté le danger, ni même la gravité de votre situation, à tes potes et toi. Ça vous amusait même, à l’époque. C’est juste le soir venu, quand tu devais affronter les regards de tes parents et les coups de ton paternel. Là aussi, on n’a jamais réellement su être doux, mais ça t’a forgé parce que putain, t’aurais pas survécu dans ce quartier à la con, t’aurais douillé, c’est vrai.

Toi Lucas, t'étais un gars du tier-quar, le gamin des rue qui vendait un peu d'son shit, le gosse perdu sans autorité qui voulait défier les lois et la vie même. T'étais le petit blond avec sa mobylette ou son skate qui faisait des fuck à tout bout d'champs, qui gueulait un peu trop fort et insultait un peu trop souvent. T'étais ce mec qui achetait dans l'épicerie du coin, qui s'posait au parc avec ton squad et qui réinventait le monde à votre manière. T'avais des rêves pleins la tête mon petit.
Des rêves pleins la tête.


On a du vécu a revendre, des thunes à reprendre
La rage dans l'ventre, on chante le début d'la revanche
Puisqu'ils n'veulent pas qu'on s'en sorte
Il faut qu'on s'serre les coudes


Aujourd’hui, t’as dit stop à cette vie de petit merdeux des banlieues. T’as peut-être mis du temps à t’en rendre compte et il a fallu un drame (voir deux) dans ta vie pour que tu te bouges enfin le cul et que tu reprennes ta vie en main. T’as peut-être pas un boulot rêvé, t’es pas PDG d’une multinationale, t’es barista dans un starbuck, tu conduis pas de Lamborghini qui fait du bruit, tu prends le métro et le RER pour aller au boulot et rentrer chez toi, t’as pas de meufs bonnes à tes côtés, juste des ex qui n’ont pas su te satisfaire et une jeune femme que tu traines dans un coin de ta tête.
T’as toute la vie devant toi et t’as toujours tes potes prés de toi.


Prenom/Pseudo HJ; mélie (hok'ee blondie) Âge; vingtaine Localisation;mtp ou french riviera Fréquence de connexion; autant que possible Type de personnage; sorti de ma caboche Où as tu trouvé le forum ? y a les meilleurs dessus ! Une cass-dédi ? comme je vous aime les filles  J'AIME ! on va ken comme jamais  HIHI



Dernière édition par Lucas Duval le Mar 27 Déc - 16:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Lun 26 Déc - 21:19



Mind of a stoner

(FAMILLE CHOISIE)
T’es le plus jeune de la famille, t’as ton grand frère et ta grande sœur. T’as tes parents et on peut dire que t’as encore la chance d’avoir les parents de tes parents – que tu ne vois jamais, de toute manière. Mais outre cette famille, celle avec qui vous partagez le même sang et le même nom, il y a celle que tu as choisi : ces rencontres au détour d’une avenue, d’un buzz, d’un banc d’école ou d’une baston. Ta famille de la rue, du tier-quart, tes gars sûrs avec qui vous avez fait beaucoup de choses. C’est avec ces gars que t’as grandi, que t’as appris des valeurs qu’on apprend pas dans un cahier ou dans ta famille. Avec eux, t’as su te trouver ta place et c’est le plus important.

(TIER-QUAR)
Ta vie se trouve à Seint-Denis, entre le stade et les premières cités. C’est ta zone, ton territoire à toi. C’est le tier-quar, là où le soir tu vadrouillais avec tes potes, à l’affut de la première connerie à faire. C’est la journée où tu glandais, voyant quelques personnes qui venaient vers vous pour des demandes particulières. Aaaaah… Ta cité, elle est remplie de beaux souvenirs comme de souvenirs plus douloureux… C’est une partie de toi, et tu sais que dans chaque coin de rue, y a un peu de vous. Sur les murs, les routes et dans l’air des parcs.

(STREET CULTURE)
T’es un peu le cliché des gars des cités : tu fumes, tu bois, tu jures, tu écoutes du rap, tu t’sappes parfois en jogging… On n’peut pas compter sur toi pour dépasser l’image donnée, les préjugés faciles. T’es souvent en skate aussi et tu t’amusais à taguer sur les murs – mais t’as toujours été nul en dessin, c’est vraiment parce que tu voulais braver l’interdit. Tu danses aussi, des danses de rue, le hip-hop ou des conneries du gens, et tu te débrouilles pas mal.

(TATOUAGE)
T’as pourtant horreur des aiguilles, mais aujourd’hui, ton corps est encré. T’as beaucoup (trop) de tatouage, ça ne t’avait pas aidé à trouver du boulot – en plus de ton manque de diplômes, de jugeote et tes antécédents. Tu sais pas comment est venue cette passion pour les tatouages, peut-être en survolant un magasine ou alors avec ta première ex… En tout cas, ce qui est sûr, c’est que tu as commencé mais comme la drogue t’as jamais su t’arrêter.

(LA VOISINE)
Manu, la jolie Manu, Manu la petite, Manu la voisine, Manu ta petite sœur, Manu ta protégée. Manu, c’est ta voisine de palier, elle habitait au même étage et sa mère s’entendait très bien avec la tienne – elles avaient de longues conversation dans la laverie – alors c’est tout naturellement que vous vous côtoyez depuis tout jeune avec la petite Lefebvre. Manu, elle venait chez toi quand sa mère travaillait tard ou quand elle devait gérer des problèmes importants. Tous les deux, vous aviez construit une relation unique, sentimentalement adorable, et protectrice. Tu l’aimes beaucoup Manu, t’as peur pour elle, tu lui souhaites tout le bonheur du monde et tu ferais n’importe quoi pour qu’elle soit heureuse… Tu te rends malade quand elle te raconte ses histoires de cœur, quand tu la vois pleurer pour un garçon, parce que toi, aussi idiot sois-tu, tu serais jamais capable de lui faire du mal à ta Manu.

(DROGUE ET VIOLENCE)
T’en as fait des conneries quand t’étais dans l’insouciance de l’adolescence, prêt à provoquer quiconque pour prouver on ne sait quoi, hormis une certaine indépendance. Tes bails avec tes potes étaient de trainer dans la rue plutôt que sur les bancs de l’école, du shit dans les poches pour trouver les potentiels clients et amasser un peu de tunes afin d’acheter vos clopes, votre beuh et votre alcool. Oh t’étais pas malin, et tu t’es déjà retrouvé avec des poches noires sous les yeux, à cause des coups, et vous en avez reçu des menaces, des flics ou des autres. T’as fait du mieux que tu pouvais, t’avais bien rigolé à cette époque, t’as bien pris d’la coke ou que sais-je comme autre connerie pour te défoncer, mais y a toujours quelque chose qui te ramène à la réalité, et tu sais mieux que quiconque que la descente n’est pas toujours douce.

(BAISER DE LA MORT)
T’étais pourtant de ceux qui savent que la vie est cruelle, que c’est pas de tout repos et que c’est surement pas dans votre banlieue que c’était le paradis. Pourtant, tu t’es perdu dans une illusion du bonheur, pensant vainement que vous étiez heureux avec tes potes et que vous serez toujours comme ça. T’as pas capté à quel point t’étais un déchet et à quel point tu as pu faire du mal autour de toi. Mais t’étais jeune, t’étais qu’un petit con et t’as eu beaucoup de chance. Beaucoup de chance de faire que de la garde à vue et pas de te retrouver en taule, de la chance aussi d’être encore en vie : ce n’est pas le cas de deux de tes potes. Alors l’un s’est fait attraper et croule sous les barreaux pour un temps qui te parait long mais l’autre a déployé ses ailes pour retrouver les anges au Paradis. Et t’as été choqué de cette mort, choqué parce que vous étiez tous là quand c’est arrivé et vous n’avez rien pu faire parce que vous étiez tous trop défoncés. Et t’as sa mort sur ta conscience, ton meilleur pote, ton pilier, il s’est envolé.

(VOIE LUMINEUSE)
Il a fallu que quelqu’un crève pour que tu te remettes en question, que tu veuilles enfin vivre debout et non comme un vulgaire esclave de ta propre vie. T’as décidé que c’était fini les conneries, que tu devais trouver quelqu’un chose qui te maintienne. Et ça fait quoi ? 3 ans maintenant que tu t’en sors pas trop mal, que tu t’es trouvé un taf – certes pas glorieux – et que tu gères comme tu peux ta petite vie. Alors t’es pas prêt à devenir pète de famille et te trouver une gentille femme pour lui payer un toit, mais pour le moment, tu t’en tires comme un chef.

(PANAME MA BELLE)
Paris, Paris, Paris… ça a toujours été ta ville. Outre Saint-Denis, tu sais pertinemment que c’est ici que tu dois être. T’as peut-être réussi à récolter un peu de blé pour voyager – pas trop loin, mais on devine qu’Amsterdam fut l’une de tes destinations – ou aller dans les quatre coins de la France, tu ne t’es jamais senti aussi bien que dans la ville Lumière.

(TONTON MODÈLE)
A défaut d’être papa, t’es plutôt un tonton attentionné et modèle. Ta sœur est tombée enceinte alors que t’étais encore jeune, et elle s’est fait larguer par son mec – de toute manière, tu l’aimais pas, c’était un con. Alors t’as pris ce petit bout d’enfant sous ton aile, et même si t’as fait des conneries, il faut dire que t’essayais de ne pas tomber pour ce petit bout d’chou avec ses grands yeux et sa peau métisse qui te faisait craquer. La petite, c’est ta protégée et comme dirait un super rappeur tu réagirais comme un parrain si on touche à ta filleule.

(ESPRIT DÉCALÉ)
T’es pas le mec le plus intelligent qu’on puisse rencontrer mais t’es quand même quelqu’un de très gentil et sociable, ça sauve les meubles. T’es même plutôt décalé, tu ne réagis pas comme la plupart des gens. La fois dernière, t’as dû garder le gamin de ton boss, un sacré con le gosse, personne le supporte et t’as été le premier à le kiffer alors qu’il te traitait comme un chien. Faut dire que le gosse a été un bon divertissement puis il n’est pas ton problème, alors bon. Et faut dire, aussi, que les joints à tout va ne t’aide pas à être quelqu’un de très réactif.

(PRO DU CAFÉ)
Outre le fait que tu travailles à Starbuck Coffee et que tu sois un des baristas, t’as toujours kiffé faire du café. Et va savoir, tout le monde adorait ce que tu leur offrais. Peut-être qu’on te mentait pour te faire croire mais tout de même, c’est pas possible d’être d’aussi bon joueur, t’as jamais vu autant d’étoiles dans les yeux que lorsque tu proposes un café.



Dernière édition par Lucas Duval le Mar 27 Déc - 16:42, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Lun 26 Déc - 21:25

Ma tête de con favorite MEOW HIN KEUR SUR TOI
J'voulais même pas te dire bienvenue mais j'ai pas le droit d'être une mauvaise admin, alors bienvenue EMO

Vas vite me finir cette fiche KEUR SUR TOI
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Lun 26 Déc - 21:28

mais t'es mauvaise admin mon amour ROBERT
je sais que tu m'aimes CUTE LOVE
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Lun 26 Déc - 23:08

PERV PERV PERV PERV PERV PERV
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 0:37

salut bébé, t'es belle NIARK
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 11:26

Bienvenue sur le forum LOVE
Bon courage pour ta fiche CUTE
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 14:21

Bienvenue sur Paname ! LOVE

Tu as besoin d'aide pour ton lacet ? T'es blond mais quand même HIHI
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 14:57

ça veut dire que tu t'mets à genou? J'AIME !
t'es belle j'te pardonne CUTE

et merci Jenn CUTE CUTE
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 16:59

toi et tes persos DEAD
je t'envoie du love LOVE
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 17:20

et les tiens DEAD
je t'aime LOVE
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker   Mar 27 Déc - 20:23



Validé !
Bienvenue à Paris !
Félicitations ! Tu viens de te faire valider et dès à présent, tu vas pouvoir te lancer dans le grand bain et devenir un vrai parisien ! Pour devenir un parfait newbie, pense à remplir ton profil et surtout à t'inscrire dans nos divers listings, ça t'aidera à trouver des liens !
Une fois tout ceci fait, tu n'auras plus qu'à trouver une vie sociale à ton personnage grâce à la fiche de liens et les divers réseaux sociaux ! Pour finir, on te conseille quand même d'aller jeter un petit coup d'oeil à la banque des points.

Et maintenant ? Amuse-toi et rejoins nous sur la Chatbox si le coeur t'en dit ! LOVE


Revenir en haut Aller en bas
 
LUCAS DUVAL ▸ Richard Colson Baker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lilith ou la groupie de Simon Baker xD
» * LUCAS * HAF-XB X-TREME
» Roland ba330 ou lucas nano 300
» casse duval
» Lucas Berdi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paname Lève Toi !  :: Fiches Archivées-
Sauter vers: