Partagez | 
 

 Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Invité

Invité

MessageSujet: Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end   Dim 24 Sep - 20:08



Thembi Heidrich
Hate on this world ‘cause reality sucks



HEIDRICH


THEMBI

feat. Bryden Jenkins
Nom de famille et prénom; Thembi, c’est un diminutif, mais je n’essaierai même pas de vous faire dire mon prénom au complet, c’est perdu d’avance. Quant à savoir pourquoi, ils ont choisi un prénom africain imprononçable, je n’en sais rien. Je n’ai jamais pu leur demander, ils sont beaucoup trop occupés. Mais Heidrich, ça vient d’Allemagne, mon grand-pah a pris le temps un jour de m’expliquer l’histoire familiale. En gros, on vient d’Allemagne, mais après la seconde Guerre mon arrière-grand-père est resté en France pour ses gosses. Âge; 23 ans. Il parait que je suis supposé agir en adulte maintenant. Date et lieu de naissance; 23 octobre à Orsay. Pas que j’y sois resté longtemps après ma naissance, mais quand même.. Nationalité et origine(s); Je suis citoyenne du monde comme on dit quand on ne reste pas assez longtemps dans le même pays pour dire qu'on y appartient. En fin de compte, je suis une étrangère partout où je vais. Mais si on y va techniquement, je suis Française avec des ancêtres Allemand du côté paternel. Pour mon côté maternel, j'ai toujours assumé qu'ils étaient juste français. Du coup, je suis Germano-française. On dira bien ce qu’on voudra les mixte de blanc, ça fait blanc…  Les amours; ; Il y a ce garçon, beau, grand, avec un accent à tomber. Il a le sang chaud et il sait faire l'amour comme personne d'autre. Une fois, il a débarqué chez moi alors que je m'ennuyais toute seule à fixer le mur avec la peinture qui s'écaille. Il m'a pris dans ses bras et il m'a envoyé au ciel rejoindre les oiseaux. C'était beau, c'était doux. Si seulement le monde ne s'était pas affadie quand il a commencé à disparaitre. La famille;  La famille, c'est deux murs auxquels j'ai essayé de parler beaucoup trop longtemps. Alors un jour, j'ai décidé de me rapprocher d'une autre maison, une plus vieille, plus accueillante, plus chaleureuse. Les amis; Des amis, j'en ai pleins. Majoritairement dans ma tête, mais j'en ai des vrais également. Bon, ce n’est jamais vraiment simple. Peut-être parce que je suis trop imprévisible pour que les autres recherches ma présence. Mais au final, je ne suis jamais vraiment seule. Les emmerdes; Mon compte bancaire, il en ferait pâlir plus d'un. Disons qu'il ressemble presqu'à un numéro de téléphone avec ses dix chiffres si on exclu les cents. Pourtant je ne vis pas comme une princesse. Peu de gens savent que je ne crains pas la dépense et en quoi ça les regarde? Et sinon, Paris c'est quoi pour toi ?  Paris, c'est une nouvelle aventure, une aventure plus saine, plus stable, plus lumineuse. Parce que pour une fois, il n'y a que moi qui décidera quand ce sera le temps de partir, pour une fois, je peux appeler une ville, ma maison. Ça va lentement devenir mon chez moi, parce qu'il est plus que temps que je sache ce que c'est que d'appartenir à quelque chose de plus que l'idée d'une famille. D'ailleurs, pourquoi t'y vas ? Paris, je l'habite, j'y travaille, j'y rêve et j'y vis en couleur, en lumière. En un million d'étoiles qui scintillent sur la tour Eiffel. Je ne la connais pas encore très bien. D'ailleurs j'arrive encore pas à distingué les arrondissements, mais faut me laisser le temps. Un jour, je la connaitrai comme le fond de ma poche.  Groupe;  Vélo, je vis assez proche pour ne pas avoir à prendre le désastreux transport en commun. Non mais faut être honnête. Dépendre seulement de son propre horaire, c'est beaucoup plus plaisant que d'attendre le prochain train ou le prochain métro. Puis tout est assez proche pour que ça soit plaisant de vivre sans contrainte. Si je veux aller plus loin, je me prends un taxi. C'est beaucoup moins chiant à gérer.


Bad Habits – Tu sais plus c’est quoi de vivre sans ta dose, sans ta petite magie en pilule. T’es perdue, tellement perdue que tu ne sais plus trop où tu vas, ni pourquoi t’es là. Qu’est-ce que tu cherches au fond? Un autre rêve qui ne se réalisera jamais? Qu’on te laisse dans tes mensonges et tes illusions? Ou t’aimerais qu’on te réveille? Qu’on te secoue jusqu’à ce que tu ais les idées en place pour la première fois depuis des années? T’es perdue, t’es plus rien, qu’un corps qui rit, cri, qui sait plus trop si tu veux vivre ou mourir en réalité. Tu déborde de joie, mais tout ça c’est de la poudre aux yeux, de la poudre compactée que tu ne peux pas t’empêcher d’avaler. Pour un autre trip, un dernier. Oh et encore un autre parce qu’après tout, tu ne fais pas de mal à personne, à personne sauf à toi-même. Mais quand est-ce que tu vas te réveiller? Quand vas-tu enfin comprendre que tu sers à rien. Que t’es qu’un poids lourd, une épave, un corps qui se décompose à un rythme effréné et bientôt, il ne restera plus rien de toi. Que des lambeaux retenus par une peau trop fragile pour vraiment supporté le poids de tes os. Mais réveille-toi bordel! Quitte ton putain de monde imaginaire. Parce que je suis désolé chérie, mais t’es pas Alice et t’es pas un conte de fée, même si oui tu t’enfonces sans dessus-dessous dans un trou qui ne semble jamais finir, jusqu’à ce que tu te prenne cette pute qui te joue dans le cerveau, cette pute qui te fait trembler et qui te donne l’impression que tout est beaucoup plus beau, plus brillant, moins chiant. Quand est-ce que tu vas apprendre, que ce qui t’empêche d’avoir une réalité plus brillante et moins chiante, c’est justement de laisser les vrais gens s’approcher?

Dashes – T’as arrêté d’écrire, quelque part entre les déménagements trop fréquents, le nouveau monde, la nouvelle vie. Pourquoi écrire quant au final tout change beaucoup trop vite pour que ça reste pertinent. Quand à chaque fois que tu finissais un chapitre tu devais le recommencer parce qu’il devenait trop incohérent. Parce que tu écrivais comme tu étais. Parfois ça te manque, mais tu ne sais plus faire. Tu sais plus comment ni où tu trouvais l’inspiration. Maintenant tout ressemble à un gribouillis qui ne mène nulle part. Parfois, t’arrive même pas à écrire une phrase que tu abandonnes et retourne dans les nuages. Tu as déjà écrit, en plein trip. Tu as écrit des pages et des pages. Les idées se bousculaient et tu croyais enfin avoir trouver ton saint-Graal. T’avais tort. Quand tu t’es relu tu as réalisé que ça n’avait pas de fond, pas de sens, c’était encore plus sans queue ni tête que ton compte préféré. Alors que tu as essayé de le sauvé, tu as fini par simplement l’envoyer aux oubliettes. Comme ou se situe maintenant ton ordi. Empoussiérer dans un coin, tu ne l’as pas ouvert depuis que tu as imprimé tes résumés pour te trouver un petit job. Ça aussi ça l’a échoué. Parce que tu échoue tout, parce que tu es un échec ambulant. Parce que tu n’arrives à rien, même pas à retrouver ta passion.

Follow me down - Tu as toujours été un cadeau empoisonné, toujours celle qui tu lentement les autres qui tente de te sauver. Parce que chérie, tu n’es vraiment pas un cadeau. Surtout depuis que tu as commencé à consommer. Bordel, il y a des gens qui préfère encore t’envoyer un mail que de faire deux pas pour aller cogner à ta porte. Ce n’est pas parce que tu es toujours triste ou violente, pas du tout, souvent c’est que tu es trop heureuse, euphorique, ça effraie les gens surtout quand ils tombent sur toi en manque dans ses brefs moments où tu deviens agressive. Ça contraste tellement que c’est terrifiant. Mais petit papillon, tu ne t’es jamais dit que si tu te retrouves souvent seule, c’est pas à cause des moments où ça va pas, mais à cause que tes High sont trop intense, trop beau, tu peux pas vivre comme ça, alors tes low sont plus bas que les gens normaux et ça les détruits, oui ça les détruit, tous ceux qui t’approchent finissent par le regretter. Parce que si toi tu fais couler du poison volontairement dans tes veines, eux tu les forces. Tu deviens le poison qui coulent dans leurs veines jusqu’à ce que leur petit cœur n’en puisse plus et qu’ils te coupent de leur vie. Ce n’est pas leur faute, ils savent pas eux pourquoi t’es comme ça. Même toi tu n’as pas l’air de le savoir. Tu n’as pas l’air d’avoir envie d’aller mieux. Un peu comme si tes seules perspectives d’avenir était de rêver tellement fort que tu finisses par en mourir. Mais ce n’est pas une vie ça, c’est pas une vie et tu devrais le savoir.

Demons - Tu ne te rappelle plus ou ça a dérapé, mais je vais te le dire moi, ça a dérapé le jour où tu as décidé qu’une autre pilule ne ferait pas de mal. Le jour où tu as implosé sous le regard vide de tes parents, ou tu as décidé que ta vie au final n’était qu’une erreur de programmation et que ton cerveau a continué à te le répété constamment jusqu’à ce que le seul moyen de le faire taire soit de prendre ses pilules qu’on t’a dit d’essayer, qui chassent le démon dans ta tête et ne laisse place qu’au monde magique et magnifique. Sauf qu’à un moment le démon revient quand la pilule part. Tes parents n’ont jamais compris comment ils t’ont perdu. Peut-être parce qu’ils n’ont jamais pris le temps de te montrer comment faire, comment exister, comment demander de l’aide. Parce que parfois tu décides de tout arrêter, mais le démon te dévore et t’envoie valser, il t’envoi mourir, pour que tu le rejoignes, pour que tu repeigne l’enfer avec tes doigts remplis de magie. Parce que tu ne mérites pas une vie ordinaire, parce que tu es née pour de grandes choses qu’aujourd’hui tu sais que tu n’accompliras jamais. Pas comme ça.

DREAM MACHINE - C’est incroyable que tu arrives à gagner un peu d’argent, pas comme si tu en avais besoin, mais tu sais que tu dois travailler pour te payer ta dose, tu ne peux pas prendre l’argent à papa et maman pour ça. Alors tu vends tes photos, tes toiles au plus offrant. Parfois, tu poses même. Tu es loin de pensé que tu es un génie, mais ça vaut quand même quelque chose. À quelque part, tu partages un peu de ton monde avec les autres quand tu leur vends une photo ou une toile. Parfois, ils arrivent même à voir le monde à ta façon. Du moins, tu crois. Pour toi, c’est plus qu’une question d’angle, d’exposition ou de couleur. C’est une question de ressentis. Tout ce que tu fais sert à partager une émotion, un moment de ta vie, c’est un peu comme ton histoire que tu vends au plus offrant, comme une prostituée vend son corps. Parfois, tu fais rêver, parfois tu révèles le monde tel qu’il est. Parfois, c’est toi que tu révèles au monde entier. Tes cicatrices sur une toile ou sur du papier films. Souvent, c’est plus un mélange des trois malheureusement.

MIDNIGHT CITY - Tu sais, dans tout ça, je pense que la seule chose que tu ais réussi réellement dans ta vie, c’est à t’affirmer. Jamais tu ne t’es excuser d’être qui tu es et surtout d’aimer qui tu aimes. Tu sais que certains esprits sont toujours fermés, mais il est hors de question pour toi de faire comme si tu étais « juste amie » avec quelqu’un pour ne pas froissé les gens. Tu ne te gêne pas non plus pour dire haut et fort que tu n’es pas lesbienne, ni hétéro. Tu es quelque chose entre les deux et ça te vas comme ça. Le plus souvent tu vas simplement expliquer que tu es Bi et que non, ça n’est pas une phase et que non ça ne veut pas dire que tu es infidèle automatiquement. Pour toi, ça veut juste dire que tu partages ton lit avec des hommes et des femmes, sauf que ce que les gens n’arrivent pas à comprendre la plupart du temps, c’est que tu ne cherches pas la même chose chez un homme que chez une femme. C’est un gros bordel à expliquer vu que c’est déjà un gros bordel dans ta tête pour commencer, mais souvent tu t’en tiens à expliquer que tu n’es pas une déviante et que c’est pas une maladie. Ce n’est pas comme si tu étais nécrophile non plus. Au contraire, t’aime quand ton partenaire est réceptif.

Prenom/Pseudo HJ; Teiwaz Âge; 23 ans Localisation; Ottawa, si tu ne sais pas c’est où révise ta géo. Indice : c’est la capitale d’un pays Fréquence de connexion; 3 à 4 fois semaine Type de personnage; inventé, la bête est sortie de ma tête. Où as tu trouvé le forum ? sur skype …Une cass-dédi ? SO à tous mes confrère brocoli.

Revenir en haut Aller en bas

participation : 174
avatar : speckhart.
crédits : (A) ARΛBELLA | (S) FEMME - Patrick Modiano, L’herbe des nuits (quotes)

MessageSujet: Re: Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end   Dim 24 Sep - 20:26

toooi LOVE
t'es grave bonne, j'te ken ici, avec mon moi futur et tout mes moi (ou pas) SEX
ce perso a l'air vraiment cool POTTE
re ici CUTE LOVE

_________________
Un visage de lune, des yeux rêveurs, mais bientôt on s'apercevait que le visage exprimait autant de violence que le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité

Invité

MessageSujet: Re: Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end   Dim 24 Sep - 20:29

Et toiiiiii!!!! WOOT WOOT

Oh oui ken moi! ASS

Je vais voir le tien à l'instant aussi ANGE

Merciiii petit choux!!! LOVE LOVE LOVE
Revenir en haut Aller en bas

avatar



the king of the divan
participation : 341
avatar : Ben Nordberg le pipou
crédits : DANDELION (avatar) MKR (gif signa) hedgekey (gif profil)

MessageSujet: Re: Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end   Dim 24 Sep - 20:53



Validé(e) !
Bienvenue à Paris !

J'me disais bien que ce pseudo me disais quelques choses HIHI T'es belle t'es parfaite je veux un lien
Félicitations ! Tu viens de te faire valider et dès à présent, tu vas pouvoir te lancer dans le grand bain et devenir un vrai parisien ! Pour devenir un parfait newbie, pense à remplir ton profil et surtout à t'inscrire dans nos divers listings, ça t'aidera à trouver des liens !
Une fois tout ceci fait, tu n'auras plus qu'à trouver une vie sociale à ton personnage grâce à la fiche de liens et les divers réseaux sociaux ! Pour finir, on te conseille quand même d'aller jeter un petit coup d'oeil à la banque des points.

Et maintenant ? Amuse-toi et rejoins nous sur la Chatbox si le coeur t'en dit !  LOVE

_________________


Perd pas espoir connard
J'suis né pour briller pas pour rester sage
Désolé, rien ne peut empêcher ça
À la base j'ai pas d'talent, j'ai pas d'don
Mais personne ne reste esclave de son destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Thembi ▸Imaginary friend, stay with me 'til the end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Satellite_Heart || Don't stay at her place.
» Candice Accola recherche Best Friend [TERMINER]
» Trailer: Fate stay night
» stay gold
» Hello darkness my old friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paname Lève Toi !  :: J'ai deux amours, mon pays et Paris :: Allez venez Milord :: Citoyens de Paname-
Sauter vers: