Partagez | 
 

 OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Invité

Invité

MessageSujet: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 13:59



Oliver Girard



GIRARD


OLIVER

feat. nathan niehaus
Nom de famille et prénom; Girard, ce nom qui sonne si bien français, qui dit oui oui, je suis d'ici. Et pourtant, le prénom lui, pousse à penser un peu d'un ailleurs. Oliver. Ce petit anglophone que maman à voulu te donner. Parce que ça lui rappelle son ailleurs à elle ? Oué, peut-être. Âge; Peut-être déjà bien assez d'étoiles, ou peut-être pas encore assez. T'en sait trop rien, mais, du haut de tes dix-neuf ans, il parait que t'es un adulte. Toi, tu te demandes bien ce que ça veux dire, être un adulte. Date et lieu de naissance; T'es né à Versailles, parce qu'à l'époque, papa et maman, y habitaient là-bas. Mais, maintenant, vous êtes dans le centre-ville. C'est mieux, Paris. Sinon, c'était un 20 mars 1998. Il faisait pleuvait ce jour-là, il parait. Nationalité et origine(s); T'es français et pourtant parfaitement anglophone. C'est peut-être parce que maman, elle vient de ce beau pays qu'est l'Angleterre. Et, que t'y as passé plusieurs étés. Chez papy et mamy. Et, aussi, parce que maman, elle t'a toujours parlé anglais. Pour que tu saches le parler toi aussi. Les amours; Célibataire. T'sais pas si c'est parce que c'est trop compliqué, trop difficile, ou juste parce que t'as un quelque chose qui tourne pas rond. T'sais pas. Mais, en tout cas, une chose dont t'es sûr, c'est que tu laisses les filles là où elles sont. Toi, elles t’intéressent pas. La famille; T'as encore la chance d'avoir tout le monde. Les parents, les grands-parents, et même quelques oncles et tantes. Mais, eux, tu les vois pas trop souvent. La plupart du temps, vous êtes juste toi et tes parents. C'est pas forcément une si bonne chose. Les amis; Forcément y en a quelques-uns. Ceux de l'enfance, qu'on grandit avec toi. Puis, les quelques autres qui font rire mais auxquels ont se confient pas. Les emmerdes; Tu crois que t'en as bien assez avec les parents. Alors, t'essaies de pas t'en attirer de trop. Oué. Même si pourtant, ça arrive. Suffis juste d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Puis bon, t'es pas le fils si parfait. Et sinon, Paris c'est quoi pour toi ? C'est ta ville, tu l'aimes. Mais, peut-être que t'aimerais quand même voir un ailleurs, découvrir les déserts du monde, franchir les montagnes les plus hautes. Oué, quelque chose d'un peu comme ça. D'ailleurs, pourquoi t'y vas ? T'y habites, alors, c'est facile pour toi de t'y faufiler. Le par cœur des rues dans la tête. Le square où t'as fait tes châteaux de sable et où t'as fumé ta première clope en cachette ! Groupe; Vélo. Peut-être parce que maman et papa, ils sont les Parisiens bourgeois par excellence, que dans l'frigo y a tout de bio. Et que toi. Bah toi, tu vis dans ce monde-là et que t'as un fixie pour faire le tour du monde.

(musique) « T’as gueule ! T’as gueule ! » Et le cri raisonne si fort dans l’entrée de la maison. Et le cri résonne si fort dans tes oreilles alors que t’enfiles rapidement tes chaussures. Regard noir, mains tremblantes. Tu voudrais frapper, frapper. Pour faire comprendre qu’ils ont tout faux. Pour faire comprendre que t’es pas si parfait. Et que tu veux pas. Du tout, faire ce qu’ils veulent. Encore et encore. Mais, t’es leur seul fils. Le seul qui puisse faire, n’est-ce pas. « Oliver ! » La main se tend, pour t’empêcher, mais, tu la repousses violemment. « Me touche pas. » Murmure dans tes dents, ton sac glisse sur ton épaule, la porte s’ouvre en grand. Et, tu n’écoutes plus ton père essayer de t’attraper, de t’appeler. Non, t’es déjà sur ton vélo. Pour te barrer. Loin d’ici. Pour te barrer. Ne plus les écouter. Jamais. Jamais. Tu ne sais plus. Oliver. Quand est-ce que tout s’est cassé. Quand est-ce que t’as compris que t’étais pas le fils prodigue. Que tu ne pourrais pas répondre à toutes leurs attentes. Peut-être quand t’as su. Que t’avais déjà trop de secrets pour eux ? Quand t’as su qu’ils ne te connaissaient déjà plus ? Tu ne sais pas. Et ton regard s’égare dans le noir de nuit. Étoiles brillantes tout là-haut dans le ciel.
Repas silencieux, tu fixes doucement ton assiette, tes lèvres formant une petite moue alors que tu entends papa discuter avec maman. Une conversation de grands. Tu as pas le droit d’écouter, il parait. Mais, de toute façon, t’as pas envie. Parce que c’est juste chiant. Et que toi. Toi, tu veux juste manger ton dessert. Mais, tu dois attendre qu’ils finissent. T’as pas envie. Doucement, tes jambes se mettent à battre sous ta chaise. Peut-être pour faire passer le temps. Peut-être pour attirer l’attention. Oui, peut-être. Pourtant, tu sais, que ça ne va pas fonctionner. Non, pas comme tu l’entends du moins. « Veux-tu cesser de gigoter comme ça Oliver ! Tu n’es plus un bébé ! » Et tu lèves les yeux sur papa. Le regarder, moue boudeuse aux lèvres. « Ma… » Mais, rien Oliver. Rien. « Et ne me réponds pas ! » Tête qui se baisse, regard qui fixe l’assiette vide. Ton ventre grogne d’envie. Parce que tu veux manger la bonne tarte aux pommes. Vraiment.
Tu sais pas à quoi tu pensais, quand tu as tendu les papiers d’inscription. Pensais-tu réellement qu’ils allaient dire oui ? Qu’ils allaient accepter ? Alors que depuis toujours, ils te guident dans toutes les écoles les plus chères de la ville. Qu’ils doivent sûrement avoir toute ta vie pré tracée dans leurs têtes. Oui, tu savais pas à quoi tu pensais quand tu as tendu les papiers d’inscription aux Beaux-Arts. Parce que papa, il les a tout de suite attrapés. T’as regardé et t’as juste pas laissé le choix. N’est-ce pas ? « Hors de question ! On t’a inscrit à la Sorbonne en science politique. » Et tu les regardes. Et tu n’as pas de mots pour répondre. Encore moins lorsque tes papiers disparaissent, déchirés, dans la poubelle. Science politique. Pendant un instant, tu te dis que tu pourrais tout gâcher et louper ton bac. Oui, pour ne pas y aller. Pour ne pas céder. Mais, t’es résultats excellents… Grimace, un pied en arrière, te retourner sans un mot. Mains qui tremblent. T’as envie de hurler. Mais, tu te tais. Encore une fois. Pas un mot, fils parfait. Pas un mot.
Un baiser sur la bouche. Une certitude dans le cœur. Tu serres ton cœur adolescent contre le sien. Étreinte amoureuse. Tu l’es enfin, pour la première fois. Petit rire heureux, tu voudrais pouvoir te blottir tout contre lui toute la soirée. Toute ta vie. Mais, cette étreinte te noircit aussi le cœur. Parce que, du haut de tes quatorze ans, tu imagines papa et maman. Et, t’as la peur au ventre. Tu te demandes comment tu allais pouvoir dire quelque chose comme ça. Expliquer quelque chose comme ça. « J’t’aime. » Et tu ris, lui souris. Baiser sur la bouche. Vos étreintes sont encore bien maladroites. Mais, y a dans ta tête à toi, ta première sortie. De la vie que tes parents t'ont imaginé. Oui. À laquelle pourtant, t’essayais d’y répondre au mieux. Toujours. Murmures à ton oreille. Baiser sur ton cou, tu te blottis un peu plus. Parce que tu t’en fous. Parce que c’est mieux que les cours particuliers de mathématiques. Vraiment mieux.
La gifle part toute seule. Tu ne t’y attendais pas. Non. T’étais à peine rentré qu’il t’était tombé dessus. Son air grave, une feuille à la main. Merde, oué, c’était un peu ce que tu t’étais dit. Même si tu ne savais pas encore, de quoi, il allait te parler. Encore. « C’est quoi ça dit moi unh !? » Et la feuille remue devant tes yeux, pour que tu puisses apercevoir rapidement les mots, résultat scolaire semestre un. Ah. « C’est quoi ces résultats OLIVER ! Tu n’as pas honte, nul, nul, nul ! Tu n’as la moyenne dans aucune matière ! » Et tu ne sais quoi répondre à ton père. Car, tu n’en as rien à dire. Juste qu’heureusement qu’il ne sait pas. Qu’au lieu d’aller en cours, tu bosses dans une supérette et cherches des modèles. Pour dessiner, pour faire ce que tu aimes. Vraiment. Parfois, t’as l’impression que ta vie est juste un gros cliché du gosse de riche qui n’aime pas sa vie. Tu pourrais tellement en rire. « Et pourquoi tu souris comme ça ! Tu vas voir si tu veux sourire ! » Et la gifle par toute seule. Tu ne t’y attendais pas. Non. Ton regard s’ouvre en grand alors que ton père vient de te frapper. Un pas en arrière. Vient-il de terminer de couper tous les ponts entre vous ? Surement, que tu penses lorsque ta main vient se glisser contre ta joue. « Je te hais. » Reculer, s’éloigner, claquer la porte et ne pas faire attention à ses appels. Parce que tu veux plus écouter, plus répondre. Non.
« Voudrais-tu poser pour moi ? » T’as ta joue dans ta main, le coude enfoncé dans le moelleux du lit. Alors que tu fixes d’un regard doux le garçon à tes côtés. Un simple drap recouvrant à peine votre nudité juvénile. Tu le trouves tellement beau. C’est la première fois que tu demandes à quelqu’un s’il veut bien poser. D’habitude, les cours suffisent. Mais, là, tu voudrais le capturer. Faire ressortir toute sa beauté. Toutes les étoiles qui pétillent dans son regard post-orgasmique. Si beau. Tes doigts retracent doucement sa mâchoire alors qu’il te dit un vague oui. Te faisant sourire plus fort. Parce qu’un jour, tu seras un grand peintre, oui. Tu espères. À la recherche du si beau.

Prenom/Pseudo HJ; Reid/Elsa. Âge; Vingt-six ans. Localisation; En Bretagne (France). Fréquence de connexion; Un peu tous les jours. Type de personnage; Inventé. Où as tu trouvé le forum ? Sur Bazzart ! Une cass-dédi ? Image trouvée sur favim.fr



Dernière édition par Oliver Girard le Dim 24 Sep - 16:00, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas




Invité

Invité

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 13:59

En fait pas besoin !


Dernière édition par Oliver Girard le Dim 24 Sep - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

participation : 198
avatar : MAGDALENA ZALEJSKA.
crédits : ARABELLA.

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 14:01

bienvenue dans le coin beau gosse, ma boite mp est toute ouverte si tu as besoin d'aide PERV

_________________

   
« Elle pleure parce que son cœur s'est remit à battre aujourd'hui alors qu'elle n'y croyait plus depuis longtemps. Elle pleure pour tellement de raisons qu'elle n'a pas envie d'y penser. C'est toute sa vie qui lui revient dans la figure. Alors, pour se protéger un peu, elle se dit qu'elle pleure pour le plaisir de pleurer et c'est tout. » — Anna Gavalda .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t562-joan-acciari-gabriela-bloomgar

participation : 174
avatar : speckhart.
crédits : (A) ARΛBELLA | (S) FEMME - Patrick Modiano, L’herbe des nuits (quotes)

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 14:14

j'connaissais pas ce mec mais la beauté est présente J'AIME !
j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de lui ROBERT
bienvenue ici LOVE

_________________
Un visage de lune, des yeux rêveurs, mais bientôt on s'apercevait que le visage exprimait autant de violence que le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité

Invité

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 14:37

Merci à vous KEUR SUR TOI
Revenir en haut Aller en bas

avatar



the king of the divan
participation : 341
avatar : Ben Nordberg le pipou
crédits : DANDELION (avatar) MKR (gif signa) hedgekey (gif profil)

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 14:39

Pareil, je le connaissais pas mais il a un style que j'adore !

Bienvenue, bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu a besoin
Hâte d'en lire plus KEUR SUR TOI

_________________


Perd pas espoir connard
J'suis né pour briller pas pour rester sage
Désolé, rien ne peut empêcher ça
À la base j'ai pas d'talent, j'ai pas d'don
Mais personne ne reste esclave de son destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité

Invité

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 15:03

Merci LOVE
Revenir en haut Aller en bas

participation : 48
avatar : deen burbigo.
crédits : ©untamed swallow.

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 15:03

oh nathan, ça me fait plaisir de voir que des gens pensent encore à le prendre LOVE LOVE
bienvenue et bon courage pour ta fiche KEUR SUR TOI

_________________

   
WILD THOUGHTS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité

Invité

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 15:51

Merci à toi KEUR SUR TOI
Revenir en haut Aller en bas

participation : 78
avatar : amelia zadro
crédits : morrigan (a) nekfeu, mauvaise graine (c)

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 16:06

han cette fiche J'AIME !
bienvenue LOVE

_________________


on a tous, dans le coeur, le rayonnement des supernovas


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

participation : 100
avatar : Gal Gadot
crédits : Lilousilver

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 16:30

Paris se peuple de bg chaque minute... BAVE2
Bienvenu à Panam ! KEUR SUR TOI

_________________
something changes into me....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paname.forumactif.com/t657-oceane-morel-you-kind-you-smar

participation : 174
avatar : speckhart.
crédits : (A) ARΛBELLA | (S) FEMME - Patrick Modiano, L’herbe des nuits (quotes)

MessageSujet: Re: OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit   Dim 24 Sep - 17:26



Validé(e) !
Bienvenue à Paris !
Félicitations ! Tu viens de te faire valider et dès à présent, tu vas pouvoir te lancer dans le grand bain et devenir un vrai parisien ! Pour devenir un parfait newbie, pense à remplir ton profil et surtout à t'inscrire dans nos divers listings, ça t'aidera à trouver des liens !
Une fois tout ceci fait, tu n'auras plus qu'à trouver une vie sociale à ton personnage grâce à la fiche de liens et les divers réseaux sociaux ! Pour finir, on te conseille quand même d'aller jeter un petit coup d'oeil à la banque des points.

Et maintenant ? Amuse-toi et rejoins nous sur la Chatbox si le coeur t'en dit ! LOVE


_________________
Un visage de lune, des yeux rêveurs, mais bientôt on s'apercevait que le visage exprimait autant de violence que le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
OLIVER GIRARD ▸ noir de nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fond noir qui n'apparait pas en html résolu
» travailler de nuit!!!!
» l'ange noir débarque!!!!!
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...
» Chocolat au lait ou Chocolat noir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paname Lève Toi !  :: J'ai deux amours, mon pays et Paris :: Allez venez Milord :: Citoyens de Paname-
Sauter vers: