Partagez | 
 

 ECHO HAMILTON ▸ D I S C O

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

participation : 174
avatar : speckhart.
crédits : (A) ARΛBELLA | (S) FEMME - Patrick Modiano, L’herbe des nuits (quotes)

MessageSujet: ECHO HAMILTON ▸ D I S C O    Jeu 21 Sep - 0:07



Echo Hamilton
Les chiens ça aboient mais y'en a peu qui savent mordre.



hamilton


echo

feat. Anna speckhart
Nom de famille et prénom; Hamilton, famille disloquée, ruines enracinées sur les secrets, les douleurs, les fêlures qui ne cicatrisent pas, persistent à s'agrandir, saigner, toujours saigner. Le nom qu'elle porte, trop fière, qu'elle porte pour elle, ignorant les poids qu'il traînasse, les responsabilités que ça implique. Echo aux opales cimetières d'espoirs, ils ont vite fait de clamser, mort au fond de ses yeux. Echo c'est l'désordre, ça représente rien, peut-être l'écho de ses propres et de son rire trop bruyant, de ses mots mordants qui font monter la colère. Echo parce que c'est doux comme c'est violent, la caresse avant la gifle Âge; 23 années de conneries, à trébucher, s'fracasser la gueule ou en faire saigner d'autres.  Date et lieu de naissance; Glasgow, n'en connait que peu de recoins où la lumière arrive encore à se glisser, souvenirs de ruelles délabrées où ne persiste que la débauche et l'envie de corruption, enfants ou adolescents y germent, embourbés dans la démence d'une ville cachée, populations oubliées, le deal entre les mains.  Nationalité et origine(s); Désormais française, garde encore quelques échos de son accent écossais. La belle Ecosse, sa connasse d'Ecosse, son lit de cauchemars, son étang de rêves noyés.  Les amours; Le balai des corps, c'est chez elle ou chez eux. La pureté elle a oubliée ce que c'est, peut-être qu'il y a une certaine naïveté dans sa façon de choisir ses coups d'une nuit, de deux parfois quand la personne est sympa. Puis ils ont plus de visages au bout du compte, elle les oublie vite, sans remords, elle aime sa vie comme ça, ça fait des mois qu'elle aspire plus à connaître le verbe aimer par cœur. Elle s'en fou Echo, elle a ignorée. Y'a eu des corps qu'elle a plus aimée que d'autres, jamais rien de plus.  La famille; La mère est achevée, perdue dans une baraque, le père voyage, il est plus là papa, il est partit papa, il l'a oubliée papa. Joanna, Joanna le soleil qui parle à la lune, Joanna l'âme en moins, Joanna la morte. Mairin, la deuxième, celle à qui tout sourit, qui sait ce qu'elle a voulu, qui a toujours eu l'exemple de ce qu'elle ne veut pas devenir face à elle, Echo c'est pas son modèle, Echo c'est sa faiblesse. Famille en lambeaux, ça a bien disjonctée quelque part. Les amis; elle en a pas plus que ça, pas vraiment eu l'envie de se mêler à la masse qu'elle observe, qu'elle contemple comme une imbécile, que des connaissances, des adresses sans têtes, des numéros aux voix qui lui rappellent plus grand chose. Les emmerdes; elle garde jamais son taff très longtemps Echo, elle oscille entre secrétaire ou simple caissière, en ce moment elle tente de garder son job dans un disquaire, les vinyles sont une bonne compagnie. Et avant ça, elle a voulu faire des grandes choses, la folie des grandeurs et la chute libre dans le néant, chanteuse hein ? Grosse blague, la vie l'a vite remise en place. Puis l'Art qu'elle a zappé, blasé de croire à du vide et à plus savoir ce qu'elle peut bien dépeindre sur la toile, à part de la colère et de la frustration. Et sinon, Paris c'est quoi pour toi ? elle tente d'y faire ses marques, tout en sachant qu'elle finira par s'barrer à nouveau quand elle en aura trop marre, Paname est beau, Paname n'est qu'une énième bitch qui s'habille de dentelles et s'parfume aux macarons. Elle s'en fou Echo, c'est une ville comme une autre, c'est juste pas la plus belle. D'ailleurs, pourquoi t'y vas ? Parce qu'elle y a cru, avec des yeux de gosse à qui on a déjà promis et qu'on a déjà déçue mais qui donne toujours trop, parce qu'elle a cru en elle et que c'était encore une belle connerie. Groupe; piéton    

Je peux pas rester seule cinq minutes sans finir déchirée. J'ai embrassé tellement d'inconnus que j'ai arrêté de compter après cent. J'ai une démarche de défoncée même quand je suis clean. Du matin au matin sans interruption, j'ai un beat de malade dans la tête. Je suis montée sur ressort, des fois je danse dans la rue sans m'en rendre compte. Ma propre mère a honte de m'avoir enfantée. Je suis persuadée que je m'en sortirai toujours. J'ai déjà vomi sur une caissière. Je fais du 90 C, tout le monde s'en fout mais j'aime bien le dire. Je me teins les cheveux d'une couleur différente tout les six mois juste parce que je m'emmerde. Mon style vestimentaire c'est "Je m'en bats les couilles". J'ai déjà été en couple mais ça m'a saoulé. J'appelle un type Dieu mais il le sait pas. Je peux battre n'importe qui à SSX même bourrée. J'ai aucune conscience de la gravité des choses. Je suis persuadée que je suis sur terre uniquement pour faire la fête. J'aime bien voir les gens souffrir, ça m'amuse. Je suis plutôt glauque. Je fais peur à la plupart des gens. J'ai toujours l'air perdue. Je peux passer des heures à parler sans jamais dire un mot sur moi. J'ai perdu ma raison de vivre à cinq ans quand j'ai compris que ça ne menait à rien. J'avance sans vraiment savoir pourquoi, je crois que l'ennuie me terrifie. Je ne dessine plus parce que j'ai perdu l'inspiration. J'ai trop de fierté pour pleurer devant les autres. Quelque part, je m'en fous de tout ça. Je crois que je vis sur une autre planète. (Mary J. Anna)

(MORNING ROUTINE) en vrai, les matins existent pas vraiment pour Echo, c'est juste une légende, pour elle, le lever du soleil. Ça doit faire bien trop longtemps qu'elle a pas pu en observer un, comme elle aurait pu le faire en Écosse. Echo elle vit la nuit, elle branle rien ou elle sort pour revenir quand la ville s'anime à peine, elle s'couche tôt, tard, tout est relatif. Elle a oublié ce que c'est de manger un ptit dej et elle le prend vers 14 h quand elle arrive à dormir jusque là. (CROIX D'BOIS) Elle parle jamais d'sa famille, elle préfère même pas qu'on parle de ses parents. Pourtant, elle peut sûrement passer des heures à raconter, sans omettre de détails, comment sont ses sœurs. Y'a eu son soleil, une mère de substitution, celle qui a su se montrer plus aimante qu'une mère qu'il a rejetée. Elle vit avec le poids de la perte de son soleil depuis un an et demi maintenant. Une existence qui part en poussière en quelques secondes. Parfois on peut voir son nom tatouer sur sa peau, quand elle veut bien qu'on le voit. Puis y'a son dernier joyaux, la croix qu'elle porte pas, une sœur qui a vu le jour trois ans avant elle, toujours en Écosse et c'est devenue compliquer de pas les entendre discuter en anglais pendant plusieurs heures (FRENCH BITCH) elle parle français autant qu'elle peut, elle a eu le temps d'apprendre à parler la langue d'un pays dans lequel elle s'voit bien finir sa vie mais y'a toujours l'accent qui reste, qui lui fait parfois ravaler ses mots. (SORROW) ça fait longtemps qu'elle a plus touché de pinceaux, de fusains ou de feuilles à dessins, elle a une peur bleue de ne plus arriver à esquisser quoi que ce soit, alors elle s'perd dans le déni, sous un coup de pression a tout mit dans une boite qu'elle garde précieusement sous son lit, parfois elle l'oublie puis y'a ces jours où la nuit tombe en plein jour et où elle lui pèse sur le cœur la boite, comme Pndore aurait pu y enfermer des démons. (SOUS LA PLUIE, TU HURLES) Echo on lui a vendue la liberté, elle avait plus grand chose à perdre à l'époque, toujours rien à perdre d'ailleurs, plus grand chose auquel elle tient. Sortit d'un tunnel trop sombre où elle s'est vu sombrer sans chercher à se sauver, elle a prit le premier qu'est venu à elle avec des jolies promesses, sceptique mais elle a couru, avide de liberté, d'autre chose que des murs blancs à mater, comme ses toiles où y'avait plus rien à tracer. Y'a eu les chants dans la rue, le bruit métallique des pièces qui tombent, une vie bancale, branlante comme sa conscience mais elle a fermée sa gueule Echo, elle a sourit, elle a continuée de rire, de chanter, de dormir en ignorant le froid qui lui gelait les os et qui paralysait le bout de ses doigts. Puis y'a plus rien eu, un est partit puis l'autre. Et retour dans l'passé, plus qu'elle et le monde comme prison. Puis y'a plus rien eu. La misère devenue sa meilleure pote, les squattes trop récurrents. Et toujours cette rage qui brûle son estomac.  (SILENCE)  Echo on la comprend pas, un paradoxe infernal entre la joie et la déprime, le présent et le futur, jamais vraiment le passé. Echo c'est beaucoup de clopes et un max d'alcool, c'est la débâcle de la débauche, l'assouvissement de ce qu'elle veut sur le moment. La nonchalance agaçante. La procrastination, toujours, une amante idéale. Echo c'est juste l'instabilité, un mini chaos prêt à éclater en plusieurs millions d'étoiles.


Prenom/Pseudo HJ; Whitney  | SCARFACE. Âge; 20 ans Localisation; Cannes  Fréquence de connexion; h24 normal un peu tavu.
Type de personnage; inventé  Où as tu trouvé le forum ? On remercie la fonda.  Une cass-dédi ? Des dédi boobs, c'tout.     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ECHO HAMILTON ▸ D I S C O
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gril à sandwich Hamilton beach
» F1 GP de Monaco 2016 : Victoire de Lewis Hamilton
» F1 GP de Hongrie 2013 : Victoire du Britannique Lewis Hamilton
» Boom, bam, didoom. Wahou woow woow. ☆ ECHO
» PC-RRTC-HSI-CENTRALE STATION ECOS 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paname Lève Toi !  :: J'ai deux amours, mon pays et Paris :: Allez venez Milord :: Citoyens de Paname-
Sauter vers: